Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 mai 2017

Guy Moll, l’étoile filante…

guy moll,marcel lehoux

  « Moll n'est pas mon premier pilote étranger, mais il est le premier d'exception. Le mélange de ses origines en est peut-être la cause. Il peut être comparé à Moss ou à Nuvolari, ayant avec ce dernier des affinités mentales singulières, le même état d'esprit agressif, une propension naturelle identique à la conduite, et une détermination similaire pour affronter le risque… »

  Enzo Ferrari (cité par Gino Rancati dans son livre « Ferrari a Memory »).

 

par Raymond Jacques

Lire la suite

16 mai 2017

Dieppe, la mer et l’automobile

Paquebots pour Southhamton-L.jpg

L’Arromanches et le Lisieux à la gare ferroviaire et maritime (CP « La Cigogne »)

 

Dieppe, fut un important port de pêche au grand large. C’était aussi l’endroit où arrivaient de grands bateaux blancs et majestueux qui venaient des Antilles et qui transportaient des bananes. C’est de là que partaient les paquebots « Arromanches » et « Lisieux » du service Transmanche à destination de Newhaven, et qui étaient gérés par l’armement naval de la SNCF. Il y avait sur le quai réservé à ces bateaux une gare ferroviaire qui permettait aux passagers du train d’embarquer directement sur les navires.

Aujourd’hui, le quai des anciens paquebots donne sur un port de plaisance, la gare ferroviaire a été démolie il y a longtemps, et les grands chalutiers en acier ont disparu. Le trafic pour Newhaven existe encore, mais les car-ferries modernes, trop gros pour rejoindre le quai de leurs anciens, disposent maintenant d’une gare dans l’avant-port. Mais, pour un amateur de voitures sportives, Dieppe c’est avant tout le fief d’Alpine.

par Raymond Jacques

Lire la suite

27 avril 2017

La Domenica Nera della Monza

italia21.jpg

10 settembre 1933...

  Ce dimanche 10 septembre - année XI de l'ère fasciste - restera à jamais dans les mémoires comme un jour noir de l’histoire du sport automobile, mais aussi comme le jour où la perception qu’avait Enzo Ferrari des pilotes de course allait changer de façon irrévocable.

 

par Francis Rainaut

Lire la suite

07 avril 2017

Les Femmes Aussi ...

hellé nice,louis chiron,violette morris

 

  Bien avant Michèle Mouton et Marie-Claude Beaumont, des femmes se sont lancées dans la course automobile. En 1930, le duo Marguerite Mareuse et Odette Siko constitue le premier équipage féminin qui s’engage aux 24 Heures du Mans et elles finissent l’épreuve en septième position sur une Bugatti T40 ! Anne Rose-Itier s’alignera dans cette course de 1934 à 1939 sans interruption.

  Au cours des « années folles » de l’entre deux guerres, les femmes ont conquis une certaine forme de liberté par le travail : elles viennent, pour beaucoup, de remplacer les hommes occupés à des tâches guerrières… Deux d’entre elles, aux destins très différents mais quelque peu parallèles, sont particulièrement remarquables par leurs parcours à la fois singuliers et tragiques. Voici leurs histoires.

par Raymond Jacques

Lire la suite

25 mars 2017

Le Comte et le Commendatore (2e partie)

5e7807aadfba7fa2897643fcb2fefb32.jpg

 

... Alors qu’un chapitre italien de la trajectoire de John se fermait, un autre commençait provisoirement à s'ouvrir. Mais lorsqu’il reçut le premier coup de fil de Ferrari, à la fin de l’année 1960, il répondit non : « Je pensais, “Je dois d’abord apprendre mon métier…” »

Ainsi se terminait la 1re partie de l’article de Nigel Roebuck, paru dans Auto Sport, celle consacrée aux deux roues. Voici maintenant la seconde partie, qui met en scène quelques diableries somme toute assez fréquentes dans le milieu de la course automobile.

Et si l'on veut comprendre pourquoi « Big John » n’a été titré qu’une seule fois sur quatre roues, la réponse se trouve probablement entre ces lignes…

 

 traduit par Francis Rainaut

Lire la suite

20 mars 2017

Le Comte et le Commendatore (1re partie)

john surtees, domenico agusta

 

« C’est avec MV Agusta et Ferrari que John Surtees a remporté ses fameux titres mondiaux sur deux et sur quatre roues. Mais travailler avec ces deux grandes équipes italiennes n’était pas toujours très facile… »

C’est ainsi que commence l’article de Nigel Roebuck dans le numéro d’août 2009 de Motor Sport…

Immense est mon admiration pour John Surtees. Dans la galaxie très fermée des pilotes de Grand Prix, John occupe une place tout à fait à part. Sa trajectoire est limpide, on pourrait presque parler de ligne claire comme pour son casque blanc à liseré bleu clair… Qui, mieux qu’un grand journaliste anglais, peut nous parler d’un grand pilote anglais ? Pour nos lecteurs, et afin d’honorer « Il grande e unico Surtees », nous avons traduit cette note en français; en voici la première partie.

Lire la suite