Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 décembre 2020

ma saison 67 en prototypes

paul hawkins
1000 kilomètres de Spa : « Quelle voiture merveilleuse à conduire »

Lorsque j'ai fait mes projets pour la saison 1967, j'ai décidé que le mieux serait pour moi de ne me lier avec aucun constructeur de façon permanente, afin de pouvoir choisir la meilleure voiture pour chaque course. J'ai estimé qu'une Ford serait la meilleure monture pour Daytona, Sebring et Le Mans et qu'une Porsche d'usine irait le mieux à la Targa Florio, aux 1000 kilomètres du Nürburgring et au circuit du Mugello.

par Paul Hawkins (*)

 

(*) fac-similé d'un article paru dans Sport Auto #69 d'octobre 1967

Lire la suite

20 novembre 2020

Mon cher et vieux Routier

122303655_10219626938698547_8781307466165639224_o.jpg

Une faille spatio-temporelle me précipite de la Canebière à l'abord de la cuvette de Couard en une journée.

Pluie et brouillard sur le vieil autodrome parisien. Le plafond est aussi bas que le toit de la Matra bleue où je suis le passager allongé d'un pilote au casque bleu agrémenté d'un autocollant Stand 14 et du trépan Elf.

Le choc temporel m'aurait-il rétroporté en octobre 1969 lors des premiers tours des 1000 km de Paris lorsque Jean-Pierre Beltoise plongeait à plus de 200 km/h dans la cuvette de Couard, la mal nommée, harcelé par le binoclard le plus vite du monde, Masten Gregory ?

Patrice Vatan

Lire la suite

15 novembre 2020

Gran premio de México 1964: ultimes tours pour un titre …

1964_mexican_grand_prix_5.jpg

Le drapeau s'abaisse devant les dix-neuf pilotes qualifiés qui s’élancent pour le dernier Grand Prix de la saison. Trois d'entre eux peuvent prétendre au titre mondial. Lors de la course les trois hommes vont tour à tour se positionner en virtuel champion du monde. Jusqu’à ce que le sort désigne l'élu qui bénéficia de deux coups de pouce (de pousse ?) pour coiffer la couronne.

François Coeuret

Lire la suite

04 novembre 2020

Good bye Sir Stirling

stirli10.jpg

Dans les années cinquante, alors que j’étais un jeune garçon, il n’y avait pas la télévision chez mes parents. Mais il y avait la radio et les commentaires inimitables de Tommy Franklin (*) qui me faisaient vivre les courses automobiles.

Raymond Jacques

(*) de son vrai nom Farouk Mourad Weziroff

Lire la suite

06 octobre 2020

Les trois mousquetaires

Olivan.jpg
Dessin ©Olivan 1973

Mai 1973, le Grand Prix de Pau est sauvé. Le maire de la cité, André Labarrère, a réhabilité sa piste, les normes exigées par la CSI sont en place. Les bottes de paille ont disparu, les rails assurent une protection relative pour les pilotes installés dans leurs fragiles monoplaces. La société Elf a apporté un soutien financier non négligeable à la célèbre épreuve hexagonale. Ce 6 mai en début d’après-midi François, Patrick, Jean-Pierre et les autres se positionnent sur la grille de départ…

François Coeuret

Lire la suite

03 septembre 2020

Balade écossaise : GP Italie 1965

stewart.jpg

Les deux pilotes britanniques sont au coude à coude en cette fin de course. Un Grand Prix haletant. Deux équipiers que le drapeau à damier doit départager. L’un est à la recherche de son premier succès tandis que l’autre, pilote confirmé, est déjà entré dans le cercle des champions du monde.

François Coeuret

Lire la suite