Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 février 2017

ALPINE M 63 ou les débuts d'une aventure automobile française

70221_1963_TEST_47_BIS.jpg
Essais du Mans, avril 1963. A gauche M.Hubert, à droite J.Rosinski

 

« C’est au mois de novembre 1962 que tout a commencé. C'était donc il n'y a pas si longtemps, et pourtant, en ces quelques mois, que de choses ne sont pas déjà arrivées... Espoirs, déceptions, joies et tragédies se sont succédé à la vitesse incroyable qu’imprime à toute activité qui s'y lie, le sport automobile. »

 

C'est ainsi que débute l'article de José Rosinski, paru en août 1962 dans le #19 de Sport-auto. On n’a pas si souvent l’occasion de rendre hommage à cette grande figure du  journalisme sportif automobile, croisé une dernière fois à Reims il y a dix ans lors d’un « week-end de l’excellence ».

Voici donc dans son intégralité un fac-similé de cet article, texte écrit comme il se doit avec beaucoup de style, mais de cela personne ne peut sérieusement douter...

Lire la suite

17 février 2017

De la Grande Roue aux roues de la mort : Annie Bousquet

ABousquet.jpg

La Grande Roue de Vienne en Autriche, érigée dans le parc du Prater, fut à son époque et pendant soixante cinq ans, la plus haute du monde. C’est dans cette ville que se déroule l’action du film « Le Troisième homme », tourné en 1948 dans les scories fumantes de la Deuxième Guerre Mondiale, en partie au pied de cette colossale Grande Roue qui en est l’une des vedettes. L’ambiance pesante, les décors lugubres, les personnages inquiétants et la musique lancinante de la cithare d’Anton Karas ont fait de ce film un chef-d’oeuvre.

Mais Vienne, c’est aussi la ville de la musique de Johann Strauss, de la pâtisserie appelée « viennoiserie », celle où l’on créa le croissant de nos petits déjeuners pour célébrer la victoire sur les attaquants Turcs en 1683. C’est là que naît en 1921 (1) Ann Schaffer, qui fut plus connue en France sous le nom d’Annie Bousquet. Une manière de Jean Behra au féminin...

par Raymond Jacques

Lire la suite

07 février 2017

Les plongeurs de Monaco

alberto ascari,paul hawkins

La Ferrari 625 n’est pas un foudre de guerre. Il le sait parfaitement. Il a cependant préféré la choisir parce qu’elle est plus sûre que les nouvelles 555 Supersqualo, dont la tenue de route n’est pas convaincante. Il ne se fait pas d’illusion : il y a de la concurrence plus que sérieuse, présumée imbattable, en l’occurrence quatre puissantes Mercedes W196 à injection directe (1) pilotées par Fangio et Moss, la crème de la crème des pilotes en cette année 1955, et par André Simon et Hans Hermann.

par Raymond Jacques

Lire la suite

29 janvier 2017

Comme un air de famille ...

surtees-t92.jpg

honda68.jpg

Observons bien ces deux monoplaces. On est d'accord, à chaque fois c’est bien John Surtees qui est derrière le volant, mais ce n’est pas ce qui nous importe aujourd'hui. Ce que l'on remarque surtout, c'est l'étrange similitude entre les deux voitures blanches, même s’il s'agit respectivement d'une Lola de formule USAC et d’une Honda de formule 1 et que leurs motorisations visiblement diffèrent. Et l’on comprend mieux cette ressemblance quand on sait que la Honda RA300 à été conçue chez Lola sur la base de la T90 qui, à peine modifiée, deviendra la T92. Cette RA300 est d’ailleurs identifiée T130 chez Lola (1). Vous suivez ? Et si cette pratique est aujourd’hui devenue monnaie courante, elle était encore assez rare à une époque où chaque voiture de course se targuait d’être « la seule et l’unique ». Raison de plus pour passer en revue quelques contre-exemples qui nous ont marqué.

(1) Lola elle-même ayant projeté une T110 F1 en 1967.

par Francis Rainaut

Lire la suite

10 janvier 2017

Arcangues

Alfonso-de-Portago-su-Ferrari-D50.jpg

En 1957, la télévision n’était qu’une sorte de prototype, dont l’usage était réservé à une « certaine élite ». On se tenait informés surtout grâce à la radio. Je me souviens du flash d’information du 12 mai sur Radio Luxembourg annonçant l’accident mortel du pilote de course de Portago aux Mille Miles en Italie, tuant aussi une dizaine de spectateurs dont cinq enfants. J’avais dix ans, je connaissais les noms de Fangio, de Moss, de Hawthorn, de Trintignant, de Jean Behra, mon préféré… De Portago ? Jamais entendu parler…

 par Raymond Jacques

Lire la suite

00:10 Publié dans a.deportago | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |

02 janvier 2017

All You Need Is Love

john love,pedro rodriguez

2 janvier 1967. Si l’on compte bien, ça doit tout juste faire cinquante ans.

Un diable de Rhodésien au volant d'une Cooper-Climax sortie d'on ne sait où s'apprête à remporter le Grand Prix d'Afrique du Sud, en ouverture du championnat du monde à Kyalami. Celui-là, il ne va quand même pas nous refaire le coup de Black Jack en 66, avec son Repco à deux balles, pardon, à deux soupapes par cylindre ! Il ne reste que six tours à parcourir, et deux Cooper sont alors en tête...

signé Francis Rainaut

Lire la suite