Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 avril 2018

John Miles, le troisième homme

Rindt with Chapman & John Miles.jpg

Clermont-Ferrand, ou plus exactement Charade, juillet 1969. Nous sommes au GP de France, j'ai à peine 15 ans. Il s’agit du tout 1er Grand Prix de F1 auquel je vais assister. Le plateau est mince, seules treize monoplaces ont fait le déplacement. Depuis quelques temps, on ne parle que des « 4 roues motrices » qui vont tout révolutionner. Matra a amené sa MS84, qui visuellement est assez proche de la MS80 dominatrice.

Le team Lotus, quant à lui, engage la toute nouvelle type 63, qui tranche radicalement avec ce qu'on avait l'habitude de voir. Son pilote, un anglais à lunettes au look de séminariste, rompt lui aussi avec les standards habituels. Mais qui est donc ce John Miles, sorti de nulle part, qui fait lui aussi ses débuts en GP ?

par Francis Rainaut

 

Nb. Les interventions de John Miles sont extraites d'un article paru dans MotorSport en octobre 2014.

Lire la suite

01 janvier 2018

Kyalami 1/1/68 : Pas mal, Jimmy...

Kyalami68.jpg

Si l'on excepte les deux premières années de rodage, qui s'achevèrent au GP du Mexique sur une éclatante victoire du binôme Clark/Lotus devant les duettistes de chez Brabham (1), l'ère de la formule 1 « 3 litres » n’a en fait réellement débutée que le 1er janvier 1968 en Afrique du Sud, à Kyalami.

Cette course fût l’occasion pour le champion écossais d’affirmer sa suprématie sur la catégorie reine, battant à l’occasion quelques fameux records comme le nombre de victoires, celui des pole positions ou encore le nombre de records du tour.

Pour paraphraser l’article écrit par un grand éditorialiste du Monde deux mois plus tard, on aurait presque pu écrire : « la formule 1 s’ennuie », tant la domination qu’exerçait alors Jimmy sur son art paraissait absolue.

Et pourtant, nous le savons aujourd’hui, l’année soixante-huit fût une année éminemment  « révolutionnaire », où rien ne se déroula vraiment comme prévu.

Eh bien projetons-nous donc un demi-siècle en arrière à proximité de Johannesburg, sur le « Highveld » à 1800 m d'altitude...

 par Francis Rainaut

Lire la suite

10 février 2016

Mon Rétromobilorama 2016 ...

2016_02030358.JPG

 

Tenir un Blog présente parfois quelques avantages...

Alors, même si « Memories that Stand out » fait nettement moins d'entrées que n'importe quel spectacle de Johnny, il me permet au moins de bénéficier d'une accréditation presse.

Et si on y ajoute quelques efforts de séduction auprès des (charmantes) hôtesses,  on peut parfois gagner le sésame qui permet d'apprécier au plus près les charmes de ces belles qui s'offrent pour quelques centaines de milliers d'euros aux acheteurs fortunés, je veux parler du fleuron de la vente Arcurial bien entendu !

Lire la suite

30 janvier 2016

1966' Grand Prix movie - 4 - Zandvoort

▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄

jim clark,jackie stewart,scott stoddard

▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄

« - Le tout c'est qu'elle démarre.

- Elle démarrera.

- Oui, Roger avait fait des prodiges sur cette voiture...

- Poussez !

Le Grand Prix de Hollande, qui sera couru demain à Zandvoort, sera la première course de Scott Stoddard depuis son accident de Monaco. Ses blessures doivent être encore très douloureuses, enfin le directeur d’écurie Jordan-B.R.M. est résolument optimiste...

Belle rentrée en vérité, pour un pilote plein de courage !  »

par Francis Rainaut

- Voir aussi:  1966' Grand Prix movie - Ouverture

- Voir aussi:  1966' Grand Prix movie - 1 - Monaco

- Voir aussi:  1966' Grand Prix movie - 2 - Charade

- Voir aussi:  1966' Grand Prix movie - 3 - Spa Francorchamps

Lire la suite

01 janvier 2016

1er Janvier 1966: le réveil de la puissance

mike spence,jim clark,team lotus

Il y a bien longtemps, dans un continent lointain, très lointain...

A East London débute l’ère de la formule 1 trois litres.

C'était il y a tout juste cinquante ans et même si la course ne fit pas officiellement partie du championnat du monde cette année-là, on parla alors de retour à la puissance.

Cette course vit la domination du rusé et pragmatique Jack Brabham au volant de la nouvelle BT19 à moteur Repco, avant qu'il ne soit contraint à l’abandon. La victoire revint finalement à un pilote sous-estimé, pour ne pas dire un éternel second couteau.

Mais qu'aura-t-il manqué à Mike Spence pour devenir un véritable numéro un ?

Lire la suite

06 août 2015

le New Look

memorytso,memories that stand out

 

L'été (1) est une période propice aux grands dépoussiérages. « Memories that Stand Out » vient tout juste de fêter ses trois ans, ce qui est peu et beaucoup à la fois.

Le moment est venu de repartir sur une nouvelle présentation, de se projeter vers une audience élargie à de nouvelles générations, en continuant bien entendu à garder l’œil sur le rétroviseur...

Les réglages dus à ce changement, cadrages, photos à la une, légendes,... devraient être finalisés vers le milieu du mois d'août. Après cette date, j'incite les très talentueux lecteurs de ce blog à signaler via un commentaire les anomalies détectées, la meilleure intervention se voyant récompenser par un objet fétiche (2) venu tout droit du Texas, plus précisément du Petroleum Museum de Midland et ayant pour thème... Chaparral, on ne se refait pas !

J'en profite pour solliciter à nouveau les contributions extérieures, tenir un site est beaucoup plus énergivore que de glisser quelques photos sur FB, que ceux qui auraient des difficultés avec l'orthographe se rassurent, la correction de quelques fautes n'est pas la partie la plus difficile du travail d'un teneur de blog.

Donc, Ladies and Gentlemen, Start your Engines  !

Et d'ici là, excellentes vacances.

 

(1) Ou peut-être le printemps...

(2) Exact replica of the 1964 Chevy-Powered Chaparral Team %%%

Francis Rainaut