Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 octobre 2016

Les coulisses de la Scuderia (1): Brenda says...

Brenda-Vernor-Passion-Day-2015.jpg

En glanant ça et là quelques informations au sujet de Chris Amon, je suis tombé un jour sur ce texte, ou plutôt cette pépite, à savourer en prenant bien son souffle. MotorSport était allé l’interviewer en 1994, nous publions aujourd'hui la traduction de cet article signé AL.

Des personnages comme Brenda Vernor manquent à la F1 du XXIe siècle. Pour l'anecdote elle fut aussi pendant 15 ans la compagne attitrée du pilote-ingénieur Michael Parkes.  

Lire la suite

26 septembre 2014

John Surtees, le seul champion du monde sur 2 et 4 roues

Cela ne s’est produit qu’une seule fois dans l'histoire. Un seul pilote a réussi à remporter à la fois le Championnat du Monde moto et auto, John Surtees. En 1956 il devint à tout juste 22 ans Champion de Monde moto dans la catégorie reine des 500cc. Puis en 1960 il passa à plein temps à la course automobile et fut couronné Champion du Monde de Formule 1 en 1964. A l’âge de 26 ans il devint le seul homme ayant jamais remporté le Championnat du Monde  sur deux et quatre roues. Depuis il n’y en a pas eu d’autre, peut-être n’y en aura-t-il jamais.

john surtees,ferrari

par Alain Hawotte

Né le 11/02/34 à TASTFIELD et donc originaire de la patrie de la F1 moderne, l’Angleterre, John a décroché le titre 64 sur le fil. Lors de la dernière course, le 25/10 à MEXICO, Clark ou Hill (Graham le père de Damon) auraient pu l’emporter, mais, cette fois et pour une fois, Dame Chance souriait à « Il Grande John », le favori des Tifosi. En effet Clark abandonne en toute fin de course à quelques kilomètres du sacre sur fuite d’huile et Bandini, équipier de John pousse tant et plus Graham Hill à commettre une faute que celui-ci, touché au freinage par la Ferrari de Bandini part en tête à queue et écrase ses échappements… le temps de revenir en course, Bandini et John sont passés à la poursuite de Gurney et de sa Brabham qui devait l’emporter. Dans les derniers tours après l’abandon de Clark, Bandini s’efface offre la deuxième place et le titre à John qui n’en sera jamais vraiment satisfait.

john surtees,ferrari

Cependant les années suivantes devaient être marquées par une noire malchance si bien que ce titre semble finalement mérité au vu de la suite. Car chaque fois qu’il s’agit de donner le meilleur de soi-même « Big John » répond présent ! Après ses débuts sur LOTUS en 1960, il passe en 61 sur Cooper chez Yeoman Credit et en 62 sur la Lola officielle engagée par le même team, avec de bons résultats et des places de second. Ferrari fait appel à lui en 63 et la première victoire au Nürburgring vient vite : tout un symbole, le circuit le plus difficile… Champion en 64, luttant avec le peu de moyens de sa Ferrari en 65 derrière un inaccessible tandem Clark-Lotus, 66 devait être à nouveau l’année Surtees. C’est maintenant le drame en disputant le championnat CANAM John est victime d’un accident grave mais il revient encore boitillant et l’orgueilleux pilote se brouille avec Dragoni, directeur d’écurie chez les rouges… Un Dragoni qui voulait favoriser Parkes, et pas Bandini comme beaucoup l’ont cru. Par exemple à Monaco John demande la V8 légère on lui impose la V12 trop lourde mais Surtees se qualifie en 1ère ligne et déclare, « Mr Dragoni, je suis le plus rapide même avec la V12, je vais mener la course mais la voiture ne tiendra pas et Ferrari ne gagnera pas ». Et Surtees de partir le couteau entre les dents, de précéder la Brm de Stewart mais de casser avant la mi-course la transmission de la Ferrari 312 et Ferrari de perdre une course que Bandini finira second au volant de la V8 qui avait tenu, elle ! Retour en Sport à Monza sur une P3 qu’il partage avec Parkes, Dragoni voulant prouver ainsi que John n’avait plus les moyens de conduire vite… Malheur en course la pluie s’en mêle et la P3 tombe en panne de moteur d’essuie-glaces ! Une seule solution vite appliquée par John, rouler plus vite pour que l’eau glisse sur la bulle… et John roule plus vite, plus vite que tout le monde et plus vite, surtout que Parkes ! Tellement vite que la P3 aveugle remporte la victoire.

SPA 1966 les Ardennes, le soleil, en première ligne John et sa Ferrari n°6, départ, raidillon… et juste avant Masta un mur d’eau ! le climat belge, le déluge, la « drache » nationale… seules cinq ou six voitures traverseront ce premier tour épique; en tête : Rindt et Surtees qui observe puis, profitant aussi des ennuis de différentiel de la lourde Cooper Maserati de Rindt qui effectuera un triple tête à queue en pleine ligne droite, John passe à l’attaque et remporte sa plus belle victoire ! Le Mans 66, jeudi midi, John apprend que vu son état de forme, Dragoni considère qu’il ne sera bon qu’à jouer le lièvre pendant les deux premières heures, c’est cela… après Monza et Spa ! Jeudi soir, une 330GT de route quitte le Mans, John a claqué la porte de la Scuderia qui d’ailleurs sera vaincue au Mans cette année là par Ford… Il trouve refuge sur la Cooper Maserati abandonnée par Ginther parti chez Honda et avec cette lourde machine termine plusieurs courses dans les points gagne même à Mexico et termine deuxième du championnat derrière Brabham… les spécialistes se disent que s’il était resté chez Ferrari…

john surtees,ferrari

Voilà 1967 un autre défi attend cet homme de challenge, le défi Honda, lourd, très lourd comme sa monoplace d’ailleurs, un soutien discret de l’usine, deux mécanos changés tous les deux mois. « Une fois formés ! » dira John et toujours la volonté de vaincre, sa RA273 est lourde, il le sait alors il appelle Eric Broadley de chez Lola puis prend livraison d’un chassis Indy et aligne l’engin hybride au GP suivant… Monza 67 Clark retardé d’un tour par une crevaison remonte jusqu’à la première place !… et tombe en panne d’essence dans le dernier tour ! Big John et Black Jack Brabham entrent dans l’avant dernière ligne droite ensemble: la Honda en tête… le freinage de la fameuse Parabolica va être décisif mais John a remarqué que de l’huile se trouvait à l’intérieur, celle de Hill dont le Ford avait explosé auparavant… et la Honda blanche et rouge semble ouvrir la porte à la Brabham verte et or, Black Jack plonge à la corde et réalise le piège tendu par Big John, il freine glisse sort large et là le vacarme de la grosse Honda passe sur sa droite, John réaccélère une fraction de seconde plus tôt que son adversaire, la ligne est encore loin, la Brabham remonte, 3e, 4e… et… non John ne passe pas la 5e, il lance le V12 grondant dans son dos en surrégime, il sait que s’il passe la 5e la perte de temps lui fera perdre la course, alors tant pis s’il explose… et le V12 tient dans un bruit aigu à la limite de la rupture, la Honda passe en tête la ligne… pour quelques centimètres John SURTEES vient de gagner son dernier GP de championnat du monde… il terminera dans le top 5 au championnat.

john surtees,ferrari

1968, La Honda conçue par le team Surtees et Lola est la RA301, une des plus rapides F1 du plateau… mais au Japon, le rêve de Mr Honda c’est la RA302, équipée d’un V8 refroidi par air, la même technique que le moteur de la future Civic… et tous les efforts sont concentrés sur cette machine, alors celle de John casse ici une rotule, là une durite… alors qu’elle est chaque fois dans le top… la Ra302 débarque en Angleterre, John l’essaie et en ressort effrayé ! Honda, vexé, en confie le volant au pauvre Jo Schlesser qui se tue avec au GP de France que John terminera second derrière Jacky Ickx… Encore aujourd’hui John prétend qu’il aurait pu être champion en 1968, je ne suis pas loin de le croire… fin 68 alors qu’en 69 Honda pouvait enfin toucher au but, la firme se retire touchée par le drame et dépitée par l’échec de la RA302, la Civic sortira même avec un moteur conventionnel… 1969, la galère BRM, après avoir refusé de revenir chez Ferrari, la fierté, toujours cette foutue fierté ! ! ! 1970 et le « fils du vent », un autre de ses surnoms, de devenir le « loup solitaire », le team Surtees achète une Mc Laren M7 que John modifie et avec laquelle il décroche le record du tour à Kyalami… mais John ne vit plus que pour sa voiture la TS7 qu’il aligne au GP de Grande Bretagne, simple bien faite la voiture est un succès mais les moteurs Ford cassent comme du verre… trop d’équipes à fournir et les finances ne suivent pas, John gagnera la GOLD CUP à son volant puis se consacrera de plus en plus à la fabrication et abandonnera le pilotage en course, tout un symbole, au GP d’Italie 1972… l’histoire de son écurie est une autre histoire.

john surtees,ferrari

- Photos 1 & 3   ©JohnRoss

- Photo 5   ©GeraldSwan

- Autres photos   ©D.R.

john surtees,ferrari

12 février 2014

Rétromobile : La confession d’une enfant du XXe siècle

chris amon,l.scarfiotti,mike parkes

Je m'appelle Ferrari 330 P4 #0858 (1), même si certains s'obstinent à me nommer 350 P4.

Rétromobile a été l'occasion de faire mon grand retour sur la scène parisienne.

S’il est vrai que sur le plan carrière, ma longévité n'est rien face à celle de la Ford GT40 yankee, sans même parler de la Porsche 917 teutonne, à l'applaudimètre j’ai pu constater que je reste une star incontestée.

 

MSo : Racontez-nous, #0848...

En inspirant profondément, celle-ci plonge dans son propre passé, si loin et si près à la fois :

#0858 : Ça c’est passé il y a 47 ans...

Craignant que #0858 se perde en préliminaires, MSo l’interrompt brusquement :

MSo : On sait ! Essayez juste de vous rappeler quelque chose, n’importe quoi !

Bien décidée de rapporter les faits à sa manière, elle toise Francis du regard avant de le remettre à sa place :

#0858 : Voulez-vous entendre l’histoire ou non, monsieur Memorychaispasquoi ?

Mal à l’aise de se faire gronder comme un enfant devant ses amis et conscient d’avoir sous-estimé la vieille gloire, Francis lui sourit timidement en guise d’excuse. #0858 reprend :

#0858 : Ça c’est passé il y a 47 ans, et je sens encore l’odeur de la peinture fraîche ! Le V12 n’avait presque pas tourné, personne n’avait encore couru à son volant. La Ferrari P4 était surnommée le "prototype de rêves", et il l’était... il l’était vraiment... !

Dans sa mémoire apparait l’autodrome de Monza, en cette fin avril 1967, pendant les essais. Tout à coup le feulement d’un  V12 4L troue le silence, des sourires illuminent instantanément le visage des tifosis venus en nombre, enfin la #4 s’engage sur la piste, au volant l’ « ingeniere » Mike Parkes … le pilote-ingénieur de la Scuderia.

#0858 : Je débute sur mes terres à Monza, grée en berlinette #4, avec comme résultat une 2e place derrière l’autre P4.

chris amon,l.scarfiotti,mike parkes

MSo : Brillants débuts, cela rappelle un peu le triomphe de Daytona en tout début de saison, parlez-en à Bruno …

#0858 : Une semaine après direction le toboggan des Ardennes, le grand circuit, le vrai, c'est le jour où le mirage devient réalité (2).

chris amon,l.scarfiotti,mike parkes

MSo : 5e place quand même (#9), toujours avec l’équipage Parkes /Scarfiotti.

#0858 : Ludovico Scarfiotti était le neveu du Signore Agnelli, président de la Fiat.

MSo : En juin c'est la course du siècle, les 24H du Mans 1967, la revanche attendue, David contre Goliath…

chris amon,l.scarfiotti,mike parkes

#0858 : Las, bluffée par les performances un peu ternes de la nouvelle Ford MkIV aux essais d'avril, la Scuderia joue la prudence en limitant la puissance de nos V12. Notre directeur sportif était Franco Lini.

MSo : J'avais passé le week-end à l'écoute de mon transistor sur "Europe 1" ou "France Inter". Quelle déception quand la #21 est rentrée aux stands le dimanche matin lors d’un arrêt non prévu pour changer les plaquettes de frein: 8 mn de perdues, cette fois c'était fini. (3)

#0858 : Mais il faut bien avouer que revenir sur la MK IV de tête avait nécessité beaucoup de la part de Parkes et Scarfiotti. L’italien n'en pouvait plus d'ailleurs, il était dans un état de fatigue. . . Et ce n’est pas Chris Amon qui a pu sauver la mise ! Avec sa chance habituelle, il n’a pas dépassé la 8e heure.

MSo : Tsss ! Magnifique seconde place quand même, avec en bonus la 3e place de la P4 belge #24.

chris amon,l.scarfiotti,mike parkes

#0858 : J’ai alors changé une première fois de look. On était en plein « Swinging London », la mode « mini » battait son plein, les mannequins étaient filiformes, on a décidé d’enlever le haut. Je deviens alors barquette et perds ainsi une quarantaine de kilos. Comme équipage on m’affecte deux sujets du Commonwealth, l’anglais  Jonathan Williams et l’australien Paul Hawkins, surnommé « Swimming Kangaroo » depuis son plongeon dans le port de Monaco.

chris amon,l.scarfiotti,mike parkes

MSo : Il s’agissait quand même de rapporter de Brands-Hatch le titre de Champion du Monde,… une solide 6e place récompensera l’équipage britannique, #8.

#0858 : Ferrari avec ses P4 est sacré Champion du Monde des marques 1967. C’est alors que la CSI sort une vraie bombe de son tiroir : limitation à 3L de la cylindrée des Sport-Prototypes à partir de 1968, idée complètement « révolutionnaire » ! Nous voilà, mes camarades et moi, condamnées à une retraite anticipée.

MSo : Le Commendatore eut du mal à digérer l’affront… Finies les Ferrari P4, exclues les Ford 7L, adieu les Chaparral, du Messmer avant l’heure…

#0858 : Je fus alors vendue à l’américain Bill Harrah, de Reno (!) USA, en vue de disputer les épreuves CanAm. Changement de look à nouveau, j’adopte une tenue de spyder très estivale, perds encore des kilos au profit d’un surcroit de puissance, je deviens alors officiellement une 350 P4 Canam.

chris amon,l.scarfiotti,mike parkes

MSo : Une carrosserie extrêmement séduisante, des résultats un peu moins. Jonathan Williams #27. (4)

#0858 : Changement de continent un an plus tard, je dispute l’épreuve de Surfers Paradies avec l’équipage Chris Amon/David MacKay (#4). Pour 1968 direction l’Afrique du Sud où je pars disputer les Springbok Series aux mains de Paul Hawkins, UK - Team Gunston.

chris amon,l.scarfiotti,mike parkes

MSo : Les acteurs appellent cela des rôles de complément…

#0858 : Mais l’Europe me manque, et les victoires aussi. C’est triomphalement que je reviens à Magny Cours en mai 1969, pilotée par le grand Mike Hailwood  (#85). Le second round à Dijon fut moins glorieux…

chris amon,l.scarfiotti,mike parkes

MSo : Et puis une robe orange pour une Ferrari…

#0858 : Je termine en 1969 mes folles années de course par une nouvelle Springbok Series drivée par mon nouveau propriétaire  Alistair Walker associé pour l’occasion à Robin Widdows (#6).

MSo : Et ensuite ?

#0858 : Il se fait tard. Je vous laisse consulter mes états de service. Très heureuse d’avoir fait votre rencontre.

MSo : Vous êtes toujours aussi séduisante.

#0858 : Et puis je suis bien ici, à Rétromobile. Mon transporteur historique prend soin de moi, et non loin se trouve ma petite cousine la Dino. Elle me ressemble, non ?

chris amon,l.scarfiotti,mike parkes

MSo (en aparté): les vieilles gloires ne meurent jamais. (5)

Librement adapté du scénario de ‘Titanic’ de James Cameron.    

    Francis Rainaut

 

(1) 330 est la cylindrée unitaire, tu multiplies par le nombre de cylindres et tu as la cylindrée totale 3960 cc (Gérard Crozier)

(2) Victoire de Jacky Ickx/Dick Thompson sur Mirage-Ford

(3) Extrait des mémoires de Bruno

(4) J'ai construit il y a quelques années un proto slot-racing avec carrosserie de P4 Canam surbaissée

(5) Même en forçant un peu sur le silicone au niveau des rétros

chris amon,l.scarfiotti,mike parkes

Illustrations :

- Photos 1, 2, 10, 11 et 12 ©FrancisRainaut

- Photo 6 ©DavidSmall

- Photo 15 ©Champion n°31

- Autres Photos ©DR

chris amon,l.scarfiotti,mike parkes

Chassis #0858 de 1967

Berlinette Scuderia Ferrari

Châssis type 603, moteur type 237, boîte de vitesses type 603 R.

chris amon,l.scarfiotti,mike parkes

1971                  - Walter Medlin, Orlando, FL, USA

1994                  - restored       

1994/Aug/26-28  - Monterey Historic Races, Laguna Seca                Harley Cluxton

1996/Aug            - offered for sale by Medlin                  

1998                   - Medlin did not accept $9,0 Mio, asking for $11,0 Mio             

2009/May/17       - NS - RM's Leggenda e Passione Maranello auction - highbid €7.25 Mio

2009                   - displayed at Galleria Ferrari, Maranello, I              

2012/Feb             - offered by Talacrest Ltd., UK

2012/Aug            - still offered by Talacrest Ltd., UK

chris amon,l.scarfiotti,mike parkes

chris amon,l.scarfiotti,mike parkes