Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 mai 2014

1966' Grand Prix movie - Ouverture

▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀

Grand-Prix.jpg

▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀▄▀

 

En cette période de festival de Cannes et de Grand Prix de Monaco, il nous a paru intéressant de revisiter le film culte de John Frankenheimer sorti en 1966, en le découpant épisode par épisode.

"Marches le pied au plancher, mais fais attention de ne pas exploser le moulin ..!"

Signé Francis Rainaut



podcast

Mais d'abord, parlons un peu "technique"...

Impossible de parler de Grand Prix sans décrire les choix techniques ambitieux du réalisateur.

pana70.jpgGrand Prix a été tourné en  Super Panavision 70, technologie de prise de vue faisant appel à des objectifs Panavision 70 mm et à un négatif 65 mm qui permet le tirage de copies 70 mm dans des conditions optimales. Contrairement à son homologue l’Ultra Panavision 70 qui utilise des lentilles anamorphiques, le Super Panavision utilise des lentilles sphériques pour obtenir un ratio d’image de 2.20 :1.

Ainsi lors de la projection en salle, l’image - contrairement à Mylène - n’a pas besoin d’être anamorphosée (1).

Le son est enregistré sur 6 pistes magnétiques situées de part et d'autre de l'image. Il est restitué à la projection sur 6 voies amplifiées séparément dans la salle.

La qualité de l'image et du son ainsi obtenue est à ce jour inégalée. Tout ceci a un prix. A titre indicatif, le tirage d'une copie 70mm coûte près de 15.000 euros, quand celui d'une copie 35mm (format standard) coûte dix fois moins cher (2).

Les films Exodus, West Side Story, Lawrence d'Arabie, 2001, l'Odyssée de l'espace, ou encore Grand Prix ont notamment été tournés en Super Panavision 70.

grandprix_frame-b.jpg

Le film raconte une saison de Formule 1 et la lutte entre quatre pilotes pour gagner le championnat. A ce côté presque documentaire, John Frankenheimer ajoute une romance un peu désuète entre un pilote et une journaliste, romance qui casse un tout petit peu le rythme. Mais, le plus intéressant reste les scènes de course; le générique de début est une merveille de technique avec une utilisation très opportune du split-screen et des effets de mosaïque. La plupart des images ont été filmées pendant les courses de la saison 1966, et on a du mal - sauf pour les lecteurs avertis de MtSO, bien entendu - à les distinguer de celles mises en scène par le réalisateur.

Il est temps de passer aux images. Je me suis attaché à importer des extraits de Grand Prix sur YouTube en m'attachant à respecter le format 2.20:1 qui est plus large qu'un format TV 16/9e et bien sûr que l'antique format 4/3.


Une fois passée l'introduction (3), soulignée par la musique envoutante de Maurice Jarre, nous découvrons le générique, l’œil s'attarde sur les noms de tous les acteurs  de la course auto des 60', mention spéciale à Bernard Cahier très présent tout au long du tournage ainsi qu'à Tommy Franklin dont on ne va pas tarder à entendre la voix de ténor inimitable, du moins dans la version française du film.

GP-10.jpg

 

La liste des pilotes de course apparaissant dans Grand Prix est impressionnante:

- les champions du monde Juan Manuel Fangio, Jack Brabham, Phil Hill et  Graham Hill.

- les pilotes Chris Amon, Lorenzo Bandini, Jean-Pierre Beltoise, Bob Bondurant, Joakim Bonnier, Ken Costello, Nino Farina, Paul Frère, Richie Ginther, Dan Gurney, Dennis Hulme, Tony Lanfranchi, Guy Ligier, Bruce McLaren, Michael Parkes, Andre Pillette, Teddy Pillette, Peter Revson, Jochen Rindt, Jim Russell, Ludovico Scarfiotti, Jo Schlesser, Skip Scott, Joe Siffert et Mike Spence.

- les pilotes non "crédités" Jim Clark, John Surtees, Jackie Stewart. Il sont engagés sur le projet concurrent de Steve Mc Queen Day of the Champion. et ne peuvent contractuellement pas apparaître officiellement dans Grand Prix.

Ford_GT_40_Maxted_Page_Limited_07pop.jpgf627.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

A la voiture caméra, c'est le plus souvent Phil Hill qui officie. Les voitures utilisées sont une Ford GT40 mais aussi une AC Cobra.

GP2.JPG

Du coté des pilotes "vedettes" : Pete Aron (James Garner) pourrait être inspiré de Chris Amon (4), mais semble plus proche d'un Phill Hill, Scott Stoddard (Brian Bedford) de Jim Clark, mais aussi de Jackie Stewart (dont le frère Jimmy pilotait jusqu'à un  grave accident), Jean-Pierre Sarti (Yves Montand) de John Surtees mais aussi peut-être de Jean-Pierre Beltoise. Nino Barlini (Antonio Sabato) pourrait, quant à lui, évoquer Lorenzo Bandini avec toutefois un coté nettement plus juvénile; et puisque nous sommes en 2014, on se permettra d'évoquer aussi Daniel Ricciardo et son sourire inoxydable.

Pendant le tournage, Montand sortit de la route et fut alors terrifié de reprendre le volant. L'équipe de tournage modifia une monoplace pour qu’elle fut remorquée par une Ford GT40. Cette étrange attelage atteignait des vitesses d'environ 210 km/h. Mais Montand fut beaucoup plus sécurisé par ce procédé que par le fait d'avoir à conduire lui-même.

frankenheimer-grand-prix.jpg

 Bob Bondurant, Phil Hill, John Frankenheimer:  ©DR

 

Lors d'une interview (5), Peter Dick interroge John Frankenheimer:

PD: Quelles ont été les pires difficultés lors des prises de vue sur les week-ends de course ?

JF: Eh bien, le plus difficile a été Monte-Carlo, car si j'avais eu un problème à Monte Carlo, si nous n'avions rien pu faire à Monte Carlo, alors le film aurait été foutu. Personne ne voulait de nous. C'était terrible, car Monte Carlo à cette époque était sous la coupe à la fois d'Aristote Onassis et du Prince Rainier - et ils se détestaient l'un l'autre. Ainsi lorsque Rainier voulut fermer la route pour nous, Onassis, qui avait des parts dans le Casino, l'ouvrit alors au traffic. Ainsi au moment où nous arrivions avec les voitures de course au virage du Casino, il eut un feu rouge et nous dûmes appuyer sur les freins.

Et puis Yves Montand eut un terrible crash à cet endroit, lors des prises de vue pendant les essais. Par chance il réussit à sortir de la monoplace. Il était couvert d'essence; il commença à allumer une cigarette et juste avant qu'il porte la cigarette à ses lèvres, je parvins à faire sauter le briquet de ses mains. Sinon il se serait tué lui-même. C'était terrible.
Et aussi, nous nous aliénâmes tout le petit monde de la course auto à cause des embouteillages que nous occasionnions en fermant les routes. Nous subissions ces horribles bouchons jusqu'à la frontière italienne. Colin Chapman manqua une session entière à cause de nous. Vous pouvez imaginer que tout n'allait pas pour le mieux ! La chose toute entière était terrible, la semaine toute entière à Monte Carlo. Après cela, rien ne fut simple, mais au moins nous étions sur la bonne voie.

PD: Et à propos de Spa en Belgique ?

JF: A Spa nous avons connu aussi ce genre de problèmes, Spa étant constitué de routes publiques... et il pleuvait sans arrêt à Spa à cette période. Mais quand nous arrivâmes à Spa, il faisait un soleil brillant. Ainsi nous fîmes tout notre travail dans des conditions ensoleillées, mais le jour de la course c'était très nuageux. Quand nous sortîmes avant la course avec nos voitures, c'était horriblement nuageux et bien sûr dès le premier tour les vannes célestes s'ouvrirent en grand.
...

A Suivre...

Frankenheimer-Amon-Hill.jpg

  Frankenheimer, Amon, P.Hill:  ©BernardCahier

 

(1) Anamorphose : déformation réversible d'une image à l'aide d'un système optique - tel un miroir courbe ou un procédé mathématique -.

(2) Signalons à ce propos la rétrospective ‘Cinéma en 70mm’ de la Cinémathèque qui présente du 13 au 30 Juin 2014 un corpus de 11 films représentatifs de ce format dit de prestige. Inexplicablement, Grand Prix n’y figure pas.

(3) On ne soulignera jamais assez le travail remarquable de Saul Bass, voir à ce sujet le site suivant, http://www.artofthetitle.com/title/grand-prix/

(4) Alors que le casque de Chris est lui, inspiré de celui de Pete Aron, Kiwi en plus et couleurs inversées.

(5) John Frankenheimer: Interviews, Essays, and Profiles, edited by Stephen B. Armstrong

Commentaires

Belle approche de ce film référence, pour moi le meilleur concernant la F1 ... Et puis je ne savais pas que mon kiwi favori (certains comprendront) avait été partie prenante du tournage; je n'avais jamais vu cette photo en compagnie de Phil Hill. J'attends maintenant la suite de cette chronique avec impatience Francis !

Écrit par : Christian Magnanou | 31 mai 2014

Répondre à ce commentaire

Même si j'ai dû me hâter pour boucler cette note en raison de quelques soucis rencontrés lors des conversions vidéos, je savais que j'allais toucher quelques rares amateurs. Merci Christian pour ce regard aiguisé, qui m'incite à mettre la barre un peu plus haut pour les prochains épisodes.

Écrit par : MSo | 31 mai 2014

Après une lecture attentive, en comparant photo et extrait du générique, il apparait que Skip Scott était en fait Chris Amon ... Voir sa combinaison sur la photo et le crédit sur le générique, vsans doute une question de "contrat" à l'époque l'empêchant d'apparaitre sous son nom ... Décidement, mon Kiwi ne m'a pas tout dit :-)

Écrit par : Christian Magnanou | 31 mai 2014

Répondre à ce commentaire

Chris, en réalité le pilote Skip Scott existe bien, c'est le prénom de Stoddard qui figure sur la combi d'Amon, le plus troublant étant la déco "Lotus" du casque de Clark.

Écrit par : MSo | 03 juillet 2014

Je me souviens avoir vu « Grand Prix » au cinéma, à sa sortie. C’est, à mon humble avis, le meilleur film sur la course automobile. Tout au moins le meilleur de ceux que j’ai pu voir, mais je ne suis pas vraiment cinéphile. Par contre, « Le Mans » de Steve McQueen m’avait terriblement déçu…

Écrit par : Raymond Jacques | 12 juin 2014

Répondre à ce commentaire

Comme voiture caméra, il y avait aussi la Mc Laren m2B à moteur Ford Indy, cette auto était pilotée par Phil Hill et notamment à Spa. Elle partit avec le peloton et c'est à elle que nous devons de découvrir les accidents de ce premier tour de folie "en direct"...

Écrit par : Hawotte Alain | 20 juin 2014

Répondre à ce commentaire

Bravo pour le "papier" Francis, "Grand Prix" c'est pour moi la référence et je vois que Frankenheimer n'a pas ménagé sa peine (ni celle des autres !) pour le tournage.
Et puis, surprenante cette photo de Amon avec le casque de "Stewart/Stoddard"
J'ai toujours regretté l'absence totale de Clark dans ce film, je comprends maintenant pourquoi.

Écrit par : Ostermann | 03 juillet 2014

Répondre à ce commentaire

Merci Marc. Ce qui rends la relecture de "Grand Prix" si captivante, c'est que comme pour le Titanic, on n'en finit jamais à chaque exploration de remonter de nouvelles trouvailles et des inédits. A condition de faire partie la caste des inconditionnels, ce qui ne me pose aucun problème ! Je me penche actuellement sur la suite qui devrait logiquement se situer à Monaco.
Sur Jim Clark, citons Frankenheimer "McQueen got Surtees, Stewart and Clark. They where under contract to him. Surtees and Stewart came around [to us] but Clark never did."

Écrit par : MSo | 03 juillet 2014

Pfouh ça nous rajeunit pas, moi aussi je l'ai vu à sa sortie, j'avais 10 ans !!!
Mais j'avais beaucoup aimé !

Écrit par : elisabeth HUBERT | 07 mars 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire