Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 mai 2016

Fluctuat nec mergitur

grand_prix_1966_frame_cd2_01_17_04__06__AA_01_01a.jpg

A nos chers lecteurs et lectrices.

Des circonstances échappant à notre contrôle conjuguées à des attaques incessantes et extrêmement virulentes de spams nous conduisent à restreindre - en principe temporairement - l'activité sur ce site.

En conséquence il est possible et même probable que son accès en soit momentanément fermé dans un proche avenir, ce que ne signifie pas nécessairement sa fin définitive.

F.Rainaut

04 mai 2016

Indy 500's 100th : la saga Unser (Part 2)

bobby unser,al unser
Indy 1963. Bobby Unser, Kurtis Novi « Hotel Tropicana »

 

A l'instar des frères Dalton, les Unser brothers étaient quatre... Bobby, né en 1934 est le troisième de la fratrie, Al plus jeune de cinq ans le quatrième. Simple fait du talent ou héritage de leur lointaine ascendance helvétique, ces deux-là sont partis pour atteindre des sommets.

Dans l’armoire familiale il y a déjà beaucoup de trophées, mais il manque encore un visage Unser sur le Borg-Warner Trophy. Cependant la conquête est d’ores et déjà en marche, « Indy 500 » n’a plus qu’à bien se tenir !

signé Francis Rainaut

Lire la suite

27 avril 2016

Indy 500's 100th : la saga Unser (Part 1)

louis unser,jerry unser,joe unser

Jerry Unser Jr. - Indy 1958

Au cours du XIXe siècle, l'émigration des Suisses va prendre une ampleur sans précédent. Ce boom est dû avant tout aux difficultés économiques et à la misère sociale régnant dans le pays [1] .

C'est sans doute la raison pour laquelle au début des années 1890 Louis et Marie Unser quittent la Chaux-de-Fonds - ville située à 10km de la frontière française [2] - pour essayer de vivre leur rêve américain. Ils s'installent d'abord à Brazil, dans l'Indiana (!) pour y ouvrir un commerce [3] . La mauvaise santé de Louis les pousse ensuite en 1909 à chercher un climat plus sec à Colorado Springs, à proximité du  Pike's Peak.

Lorsque survient la Grande Dépression, la famille part s’installer un peu plus au sud à New Mexico. C’est à cet endroit que Jerry Unser Sr. ouvre un garage à la périphérie d’Albuquerque, le long de la Route 66. Dès lors la famille Unser allait commencer à inscrire durablement son nom dans la légende de la course automobile...

par Francis Rainaut

Lire la suite

07 avril 2016

Indy 500's 100th : Jules Goux

Jules Goux en 1921, au Grand Prix de l'A.C.F..

 

Jules Goux, dit Julo, né le 6 avril 1885 à Valentigney [1] et mort le 6 mars 1965 à Mirmande, est un pilote automobile français. En 1913, il devient le premier pilote européen à remporter - sur Peugeot L76 - les 500 miles d'Indianapolis, épreuve à laquelle il participe à cinq reprises [2] malgré le premier conflit mondial.

 

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jules Goux de Wikipédia en français (auteurs)

Lire la suite

29 mars 2016

Mécanique Aviation TRAction

jean-pierre beltoise,johnny servoz-gavin,françois cevert,henri pescarolo,marcel chassagny,jean-luc lagardère

 

Peu de Matra(s) le mois dernier Porte de Versailles. Pour combler notre manque, allons donc faire un tour du coté de Velizy, pour revenir ensuite à Romorantin, là où il est encore des gens qui "savent".

Première découverte, une visite aux ateliers Matra de Vélizy faite par le journaliste Karl Ludvigsen à la fin de l'année 1969.

Vous avez sans doute reconnu l'image d'en-tête, il s'agit d'une coque de MS 80 - probablement jamais utilisée - qui symbolise à elle seule la technique du cloisonnement des coques qui a fait le succès de Matra Sports.

par Francis Rainaut

Lire la suite

17 février 2016

JPB: Mi Temporada 1968 en Argentina

MI  TEMPO

andrea.jpg

MI  RADA...

... C'est à peu près le jugement que porte Jean-Pierre Beltoise sur sa saison argentine 1968.
Vous vous en souvenez, voici deux ans, la Temporada avait été pour lui et Matra un triomphe total, l'équipe française ayant littéralement écrasé l'opposition.

Cette année, ce fut au tour de Ferrari de manifester une nette supériorité.

Et Andrea de Adamich, dont vous voyez ci-contre l'air épuisé mais heureux à l'issue de sa victoire de Cordoba, a remporté le Championnat argentin qui marquait sa rentrée en course après son grave accident de Brands Hatch en mars 68.

Nous avons demandé à Jean-Pierre qui, s'il n'a gagné aucune course là-bas, fut constamment à la pointe du combat, quelles impressions il a retiré de cette tournée d'un mois.

(Fac similé d'un article de la revue « Champion » du 15 janvier 1969)

- Voir aussi:  Beltoise el Ganador (1)

Lire la suite